ACTUALITES


Se lancer en solo, 5 conseils pour réussir



Se reconvertir, créer son propre emploi, vivre de sa passion… La tendance était déjà lancée mais la crise du Covid-19 a exacerbé le désir d’entreprendre des Français. En juin, à la sortie du confinement, ils étaient 45% (contre 30% auparavant) à vouloir créer leur entreprise, selon la Fondation entreprendre. «On note une nouvelle quête de sens et, en même temps, une forme de prudence. Les entrepreneurs préfèrent se lancer seuls, ils veulent prendre le moins de risques possibles», analyse Alain Bosetti. Le fondateur du salon SME (ex-Salon des micro-entreprises) reste persuadé que le nombre de solopreneurs va s’envoler dans les prochains mois. Raison de plus pour suivre plusieurs conseils bien avisés.

 

Se lancer en solo, 5 conseils pour réussir

Une reconversion longuement murie, en alternative à l’emploi après un licenciement ou une envie encouragée par le contexte sanitaire, en juin 2020, ils étaient, 45% à vouloir créer leur entreprise soit une augmentation de 15%*. Souhaitant minimiser la prise de risques, bon nombre de ces créateurs choisissent d’entreprendre seuls. Cinq conseils aux «solopreneurs» pour réussir leur projet.

 

On ne nait pas solopreneur on le devient… ou pas

Sans fantasmer, ni craindre l’activité indépendante, il est cependant essentiel de bien déterminer ses conséquences et ses enjeux. Selon le soutien ou l’aide familiale, votre situation financière, votre santé, votre personnalité, vos compétences, vos priorités, se lancer en solopreneur est plus ou moins pertinent.
– identifier lucidement vos atouts et vos points de vigilance
– Jaugez ce que vous gagnez à devenir indépendant
– Evaluez quelle hauteur de risque vous pouvez accepter

 

Optez pour le bon statut juridique

Solopreneur = micro-entreprise ! Dommage de prendre ce raccourci trop vite. Selon votre situation personnelle (demandeur d’emploi, indemnisé ou non), vos exigences en termes de protection sociale, de situation face à la retraite, selon vos objectifs professionnels, la nature de votre activité, d’autres options telles SASU, SARL, EURL… sont à étudier.

 

Organisez-vous pour maitriser le temps

Un chiffre d’affaires en dent de scie ! C’est ce que redoute le plus le solopreneur. Après un plein temps consacré à la réalisation des prestations vendues, arrive le moment où, faute de temps dédié à la prospection, il n’y a plus de clients à venir ! Et donc plus de chiffre d’affaires prévu avant un nouveau cycle… Une organisation du temps efficiente est nécessaire pour gérer de façon asynchrone la production, la prospection, la gestion. Autre solution à suivre…

 

Déléguez pour valoriser votre temps

Et si jouer l’homme-orchestre vous pèse, optez pour la solution des prestataires. Déléguez votre communication ou la gestion de votre site pour vous consacrer à la prospection commerciale et générer un chiffre d’affaires régulier. De plus, la constitution d’un réseau de prestataires solopreneurs comme vous aidera à rompre votre solitude.

 

Faites-vous accompagner

Les vertus de l’accompagnement entrepreneurial sont nombreuses.
– L’expertise du consultant pour confronter vos actions, votre positionnement, optimiser vos résultats
– Etre challengé, encouragé, voire bousculé !
– Un regard bienveillant, une attention, une écoute pour rompre la solitude du solopreneur
– Mettre en confiance : le moteur !

*Sources Fondation entreprendre.